Contenu principal

Message d'alerte

La C.H.A. est une association constituée de personnes en situation de handicap, qui se mobilisent pour l’autonomie de leurs pairs.

La naissance d’un mouvement
Le mouvement Coordination Handicap et Autonomie (CHA) est né en 2002, de la volonté d’un petit groupe de personnes en situation de handicap de vivre de manière autonome, et d’en obtenir les moyens. La plupart d'entre elles nécessitaient une aide constante. A cette époque, elles avaient un choix restreint entre une vie prise en charge en institution ou une vie à domicile à la charge de la famille, avec le sacrifice d’un parent et la non-cotisation pour la retraite de la personne aidant. Ce petit groupe de personnes, dites en situation de « grande dépendance », très vite rejointes par d’autres, s’est ainsi constitué autour du refus de cette situation, et de mener une action auprès du Gouvernement pour obtenir les moyens de vivre dignement à domicile. Suite à cette action, certains membres fondateurs se sont vus attribuer, à titre expérimental, un forfait « grande dépendance », qui leur a permis de recruter des aides humaines, à hauteur de leurs besoins. Les fondateurs du mouvement se sont donc mobilisés pour la mise en œuvre et l’évaluation de ce dispositif. Ce faisant, ils ont apporté leur contribution à l’élaboration de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, en particulier pour l’instauration de la prestation de compensation du handicap (la PCH, touchée aujourd’hui par plus de 200 000 personnes).

 

La formation d’une association
Le mouvement s’est ensuite constitué en association en 2004, afin de pouvoir s’organiser et participer pleinement à la vie sociale et citoyenne. En 2006 l’association a obtenu la modification du décret régissant le temps d’aide humaine pouvant être accordé aux personnes en situation de handicap : de 12h/jour, ce temps d’aide est ainsi passé à 24h/jour (décret n° 2006-669 du 7 juin 2006). La même année, l’association a également défendu la possibilité pour les aidants familiaux d’être salariés, et non plus simplement dédommagés (décret n°2006-1311 du 25 octobre 2006).
Le fait que les membres fondateurs, extrêmement restreints dans leurs capacités physiques, aient réussi à organiser leur vie en toute autonomie, a contribué à montrer que ceci est possible pour toute personne touchée par un handicap, à condition que les moyens humains, financiers et techniques soient mis en place.
Aujourd'hui, la CHA compte environ 80 membres à travers la France, dont une quinzaine de correspondants locaux, personnes ressources présentes dans différentes régions de France. Le siège est à Strasbourg où se situent le bureau et le travail de coordination, un noyau de 10 bénévoles actifs et un réseau de partenaires associatifs locaux.

La Philosophie de la CHA
Se rattachant aux principes du Mouvement International pour la Vie Autonome, l’association défend la liberté de choix de vie des personnes en situation de handicap, notamment celles nécessitant un accompagnement constant ou semi-constant, et leur droit à déterminer leur vie hors du cadre institutionnel et spécialisé. Le cœur de cette action part du principe que toute personne peut accéder à une autonomie de vie, quelle que soit sa déficience, et qu’il convient de mettre en place les moyens appropriés pour qu’elle ait la possibilité d’exprimer ses désirs, ses choix et la façon dont elle souhaite vivre.
Partant de cette affirmation, les membres de la CHA partagent différents principes qui les guident dans leurs actions pour la reconnaissance d’une véritable Vie Autonome :
Favoriser l'autodétermination : (re)donner aux personnes le pouvoir d’agir sur leur propre existence
Considérer la personne non comme un objet de soins mais comme un sujet à part entière, qui ne doit pas être assisté, mais accompagné
Mobiliser l’expertise des personnes au service de l’entraide mutuelle
Participer à la mise en œuvre des politiques qui les concernent («Rien pour nous sans nous»)
Favoriser, autant que faire se peut, la vie en dehors des institutions pour les personnes qui le souhaitent
Considérer l’accompagnement humain comme une condition essentielle à la mise en place effective de ces principes

Les objectifs de l’association
Le premier objet est d’encourager l’autonomie et l’expression des personnes en situation de handicap, ainsi que leur évolution en dehors du cadre collectif institutionnel, par le développement de l’entraide mutuelle, de l’information, de l’orientation, de l’échange d’expériences et de compétences. L’objectif est ainsi d’aider les personnes concernées à déterminer progressivement le degré d’autonomie qu’elles désirent et de les accompagner dans les étapes de ce cheminement. C’est un processus global de responsabilisation et de prise de conscience de ses propres capacités (au niveau de la vie à domicile, vie professionnelle, sociale, affective, etc.).
Le second objet est la défense des droits des personnes dans différentes instances, la participation à la mise en place des politiques qui concernent les personnes handicapées, la promotion de l'instauration d'un accompagnement de qualité dans toutes ses dimensions, y compris pour une vie affective et familiale.
Sont donc aussi bien ciblées des personnes qui vivent ou désirent vivre à domicile, que des personnes qui résident en institution et qui souhaitent entamer une démarche d’autonomie (qui éventuellement, leur permettrait à terme de quitter leur structure).

 

Les activités de la Coordination
Conformément à ses principes, le fonctionnement de la structure repose sur la valorisation et la mobilisation de l’expertise développée par les personnes et la défense de leurs droits.

  • Ainsi, dès 2009, l’association a-t-elle constitué un réseau national de personnes ressources, elles-mêmes concernées par une situation de handicap. Elles informent, conseillent et accompagnent d’autres personnes dans leur démarche d’autonomie. Ce dispositif se développe par voie téléphonique ou internet : chaque demande est traitée au siège puis adressée en fonction de l’expertise de chacun (accessibilité, questions juridiques, emploi direct, dossiers MDPH,…). Ce projet est notamment soutenu par la Ville de Strasbourg.
  • En 2010, a été lancé dans le Bas-Rhin le projet « Pairémulation », défini comme la transmission de l'expérience d’une personne dite « handicapée » autonome, à une autre personne en recherche de solutions pour son autonomie. Est accompagnée toute personne qui en fait la demande. En parallèle, a été entamé un partenariat avec le Foyer d’Accueil Médicalisé Les Cigales afin d’accompagner des résidants. Ce projet est notamment soutenu par la CPAM de Strasbourg.
  • Dans le cadre du pair-accompagnement, une formation à l'accompagnement a été dispensée à Strasbourg en 2012 à l’équipe de bénévoles et à des étudiants en situation de handicap (moteur ou visuel) qui s'engagent dans ce projet pour soutenir des « pairs ». Cette formation fut menée en partenariat avec la Mission Handicap de l'Université de Strasbourg. Une nouvelle formation a été organisée en avril 2014, soutenue par la Fondation Octalfa-Alberici. Le pair-accompagnement est une pratique qui a fait ses preuves dans différents pays ; la CHA agit pour qu'elle obtienne une véritable reconnaissance institutionnelle et politique en France et en particulier dans le Bas-Rhin.
  • Un travail a été mené en collaboration avec différentes associations locales œuvrant pour l'insertion des personnes en situation de handicap en milieu ordinaire, comme la Fédération des Malades et Handicapés, le Collectif pour l'Inclusion Scolaire Individualisée, ou l'Association d'Aide aux Parents d'Enfants Handicapés, qui vise à offrir un répit aux familles.
  • Ont été portés des projets de sensibilisation scolaire avec le lycée Marc Bloch et l’établissement Sainte Clothilde en 2013. Un nouveau projet fut  étendu à plusieurs collèges et lycées en 2014 dans les établissements Lucy Berger (Strasbourg), la Doctrine chrétienne (Strasbourg), le collège Le Ried, la Cité scolaire de la haute Bruche (Schirmeck), le lycée Blaise Pascal (Colmar), et le lycée Emile Mathis (Schiltigheim). Ces actions de sensibilisation ont été soutenues par la CARSAT.
  • Les correspondants locaux de la CHA participent activement à différentes instances : Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH), Collège associatif de la CNSA, Conseil National de l’Habitat (CNH), Comité National pour la Bientraitance et les Droits (CNBD), Comité d’Entente National (CEN) et Régional d’Alsace (CER), Commissions des Droits de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) et Commissions Exécutives (COMEX) de plusieurs MDPH, Comité d’Entente Départemental (CED) de plusieurs départements, Commission Intercommunale d’Accessibilité aux Personnes Handicapées de la CUS (CIAPH), etc.
  • L’activité s’inscrit également dans un cadre juridique international. En effet, la CHA adhère pleinement aux principes énoncés dans la Convention des Nations Unies relative aux Droits des Personnes Handicapées et au plan d’action 2006-2015 du Conseil de l’Europe en faveur des personnes handicapées. Ainsi, la CHA est-elle l’antenne française du Réseau Européen pour la Vie Autonome (ENIL, European Network on Independent Living), promoteur de ces principes en Europe. A ce titre, l’association organise avec le Réseau la Freedom Drive, qui se déroule tous les deux ans à Strasbourg (la cession 2015 est prévue à Bruxelles), qui permet à des représentants d’une vingtaine de pays de rencontrer leurs parlementaires. C’est un temps fort d’échanges entre militants associatifs européens, ponctué de conférences-débats, d’ateliers, et d’une manifestation jusqu’au Parlement. La Ville de Strasbourg soutient cet évènement.
  • La CHA s’attache à l’innovation sociale, et a pour cela organisé plusieurs conférences. Elle se concentre actuellement sur la conception et la mise en place d’un programme expérimental d’accompagnement des personnes handicapées, qui pourrait salarier à ce titre des personnes en situation de handicap. L’association travaille également sur le lancement d’une étude sur la réalité économique et les enjeux de la Vie Autonome.